INTERPRO


Suite au Conseil commun de la fonction publique du 15 mars (lire)
Dynamitage de la fonction publique (lire)
Sans logis : l’intolérable doit cesser, aujourd’hui ! (lire)
La Fonction publique à la croisée des chemins : les organisations syndicales refusent de siéger au CCFP ! (lire)
Air France/KLM : Communiqué SUD Aérien (lire)
NON au fichage des mineur-e-s non accompagné-e-s ! (lire)
8 mars, les retraitées encore plus discriminées que les salariées ! (lire)
Yann à nouveau révoqué ! (lire)
Appel unitaire Fonction publique : public-privé, tous ensemble le 19 mars (lire)
Honteuse condamnation de Maxime (lire)
Les retraité.es encore dans la rue le 5 février ! (lire)
Manifeste contre les armes de polices - Appel à signatures (lire)
Ce qu'ils nous volent : les riches encore plus riche ! (lire)
Droit de grève : SUD-Rail gagne son bras de fer contre la SNCF ! (lire)
Le gouvernement doit renforcer les services publics, la Fonction publique et conforter le rôle des agent-es ! (lire)

























































 




































 

SITES FAVORIS



  basta !


























 

HISTOIRE DU SYNDICALISME




Histoire de la sécurité sociale
70 ans des CE
Histoire des retraites
Histoire de vacances
Histoire de CE
Histoire du 1er mai

Un juge professionnel va au-delà du plafond des indemnités prud'homales, une première

Lors d'une procédure à Agen, un juge professionnel a doublé le plafond de l'indemnité à laquelle pouvait avoir droit une salariée selon le nouveau barème.

Pour la première fois en France, un juge professionnel, à l'occasion d'une procédure à Agen, dans le Lot-et-Garonne, a décidé de ne pas tenir compte du plafonnement des indemnités prud'homales pour licenciement abusif mis en place par les ordonnances Macron.

"Ma cliente aurait dû percevoir au maximum 2 mois de salaire selon les ordonnances Macron". Le juge départiteur, qui a rendu sa décision mardi, a ainsi doublé le plafond de l'indemnité à laquelle pouvait avoir droit une salariée selon le nouveau barème, a indiqué son avocate Me Camille Gagne selon qui "c'est la première fois qu'un magistrat professionnel prend ce type de décision". 

"Ma cliente aurait dû percevoir au maximum 2 mois de salaire selon les ordonnances Macron", a-t-elle dit, "mais le juge lui a accordé 4 mois de salaire".

Le juge professionnel a estimé que le nouveau barème inscrit dans la réforme du Code du travail ne permettait pas la "rémunération adéquate" prévue par l'article 24 de la charte sociale européenne du 3 mai 1996 ratifiée par la France, et qui a valeur de traité international, a expliqué l'avocate. Ce juge qui a estimé que l'employeur n'avait pas respecté les "formes légales d'un licenciement", selon le jugement, est intervenu dans le dossier car les conseillers prud'homaux n'avaient pas réussi à se départager le 16 juillet dernier. 

Des conseils prud'homaux ont déjà contourné le plafond. Les "ordonnances Macron ont comme premier critère l'ancienneté du salarié dans l'entreprise. Hors, cela ne doit pas être le critère primordial", a commenté Me Gagne, "il faut tenir compte des conditions de licenciements, de la situation personnelle du salarié... C'est l'illustration du décalage qui existe entre le gouvernement et la réalité du monde du travail".

Au cours des dernières semaines, des conseils prud'homaux à Troyes, Amiens et Lyon notamment, ont condamné des employeurs à verser des dommages et intérêts supérieurs au plafond fixé par le barème. Cette première de la part d'un juge professionnel "donne un crédit important aux décisions rendues par une juridiction non-professionnelle mais en phase avec les réalités de terrain", a-t-elle indiqué, en ajoutant : "Ces ordonnances sont injustes et on va pouvoir en débattre devant la cour d'appel et à terme devant la cour de cassation".

Depuis fin 2017 et les ordonnances Macron réformant le code du travail, les dommages et intérêts sont plafonnés entre un et vingt mois de salaire brut, en fonction de l'ancienneté du salarié.

Suivez nous

     
 

Nos coordonnées :

Téléphone : 06 66 75 97 84
 
Fax : 01 86 95 72 95
 
 
 
ADHERER
 









 
Site conçu et mis à jour par Sud Matmut - Dernière mise à jour le 17/03/19